Sélectionner une page

1. Déf. affacturage : l’affacturage (ou factoring pour son équivalent anglais) est une source de financement qui permet d’améliorer la trésorerie de l’entreprise.

Pourquoi me diriez-vous ? Car il permet de céder ses créances commerciales (les factures à échéance en votre possession non encore réglées par vos clients) à un organisme financier spécialisé (l’affactureur ou le Factor), en contrepartie d’un versement en « monnaie sonnante et trébuchante ». La preuve par l’image ci-dessous :

 

* Source : ASF (Association Française des Sociétés Financières)

3. L’Affacturage en Chiffres

L’affacturage en chiffres : le succès ne se dément pas avec une croissance insolente à 2 chiffres sur le 1er semestre 2019 par rapport à 2018.

Source : ASF (Association Française des Sociétés Financières)

Cette même année, les créances ont atteint un niveau record de 320,4 milliards d’euros (+10,2 %).

Plus de 40.000 entreprises y ont eu recours dont 33% de PME, faisant passer la France en tête des pays européens, devant le Royaume-Uni, et au 2ème  au niveau mondial derrière la Chine.

Ce qui confirme la 1ère position de l’affacturage en source de financement court terme devant le traditionnel découvert bancaire. (Source : Les Échos).

4. Les avantages de l’affacturage :

Accessible : vous êtes micro-entrepreneur, profession libérale ou patron d’une PME ? Bonne nouvelle, l’affacturage s’adresse à tous les types d’entrepreneurs, de l’artisan indépendant à la très grande entreprise en passant par les PME et ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) sous réserve que les clients soient également des professionnels, entreprises privées ou organismes publics.

La création du statut micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur) et les mesures incitatives en faveur de la création d’entreprise ont facilité la naissance des vocations dans entrepreneuriat, seul bémol et non des moindres les banques sont souvent frileuses (c’est un euphémisme) pour prêter aux jeunes créateurs ou aux petites structures sauf à exiger des fortes garanties (caution sur le patrimoine ou hypothèque sur la résidence principale !).

Grâce à vos factures clients qui constituent à elles-seules une garantie, vous obtenez un financement. De plus et depuis l’arrivée de nouveaux acteurs du monde de la Fintech (nouvelles technologies appliquées à l’univers de la finance) qui concentrent leur approche risque uniquement sur vos clients, vous pouvez ainsi décider de céder individuellement les factures en votre possession sans externaliser la gestion de l’intégralité de votre poste client.

 – Financier : en cas de besoin urgent ou pour tout simplement soigner son BFR (Besoin en Fonds de Roulement), vous bénéficiez sous un délai rapide (sous 24 à 48 H 00 suivant la demande) d’une somme virée sur votre compte bancaire par le factor sans avoir besoin d’attendre le paiement de vos clients à l’échéance dont le délai de paiement peut aller jusqu’à 60 jours.

En contrepartie, vous pouvez obtenir de meilleures conditions tarifaires auprès de vos fournisseurs car vous disposez de la capacité de les régler plus rapidement.

 – Simplification Administrative : selon le type de contrat souscrit (voir plus bas) ou le choix de l’organisme, vous pouvez décider de déléguer tout ou partie de la gestion parfois chronophage du recouvrement et des relances clients pour vous concentrer sur d’autres tâches à plus forte valeur ajoutée (management, obtention nouveaux clients, exécution des contrats en cours ect…).

 – Allègement Bancaire : fini la paperasse pour solliciter un emprunt bancaire Moyen Terme qui vous engage sur la durée. Quant au concours Court Terme, fini le stress d’être surveillé à la culotte par votre banquier lorsque le découvert ou la facilité de caisse ne rentre plus dans les clous.

Ce qui arrive souvent lorsque votre ligne court terme est utilisable sur présentation de factures via par exemple l’escompte ou le « fameux cession Dailly » au formalisme très contraignant. Mieux, avec l’affacturage, vous préservez votre capacité d’emprunt pour financer vos investissements et la croissance de votre activité.

 

 

 

 

 

 

 

 

5. Les différents types d’affacturage

– L’affacturage classique :

– L’affacturage en gestion déléguée

NOTA BENE : une clause très importante des contrats importante des contrats d’affacturage mérite une attention particulière, il s’agit du financement avec ou sans recours.

Lors d’un financement sans recours, les créances dites impayés resteront définitivement à la charge et sous la responsabilité du Factor qui ne pourra donc effectuer de recours auprès de l’entreprise.

Et inversement avec recours, il pourra se retourner contre l’entreprise pour exiger le remboursement.

Des approches différentes ou nuances spécifiques au contrat peuvent exister telles que :

– L’affacturage inversé (reverse factoring en anglais) : le procédé reste identique mais cette fois-ci c’est votre propre client qui est à l’origine de la demande pour vous permettre d’avoir un règlement plus rapide. Ces derniers pouvant être déjà utilisateurs d’affacturage pour leurs propres clients, ils peuvent être force de proposition pour leurs fournisseurs !

– L’affacturage confidentiel : comme son nom l’indique, vous obtenez l’avance de vos factures par un Factor sans que vos clients soit informés.

 

6. Coûts 

Au regard des nombreuses offres existantes, Il se dégage 3 grandes catégories de coûts qu’il convient de bien négocier en fonction de vos besoins

– La commission d’affacturage : elle se négocie lors de la mise en place de contrat et couvre l’ensemble des services relatifs à la gestion des factures. Elle se calcule sur plusieurs critères (encours de factures confiés, nombre, qualité et solvabilité des clients ect…)

– La commission de financement : il s’agit des intérêts financiers calculés sur l’avance de fonds du factor en fonction de la durée (donc délais de paiement observés chez les clients) de l’encours (montant de l’avance) et du taux retenu.

– Les frais relatifs à la couverture du risque client ou d’insolvabilité si une assurance-crédit est souscrite.

Cette liste n’est pas exhaustive car en fonction des solutions modulables et adaptées offertes ou de la vie du dossier d’autres frais peuvent s’ajouter (commissions sur effets de commerce, informations sur cautions, frais sur contre-garanties ect…).

 

7. Choix du Factor

La majorité des sociétés d’affacturage présentent des gages de solidité et de sérieux et pour cause elles appartiennent à des banques dont les principales sont EUROFACTOR, NATIXIS Factor, BNPPARIBAS Factor, CGA (Compagnie Générale d’Affacturage) ect… auxquelles peuvent s’ajouter les récentes start-ups telles que FIXEXCAP ou BIBI Factor qui se concentrent sur la solvabilité et la capacité financière de vos clients quand un factor classique analyse doublement le risque (vous et votre client).

 Les services se classent en 3 grandes catégories :

– Le financement des factures

– La gestion du poste client (suivi des débiteurs, gestion des règlements, recouvrement) selon le niveau de délégation : la « rigidité » de certains Factors pourra faire fuir certains de vos clients, il faudra donc veiller à s’assurer des pratiques du factor en la matière avant de déléguer notamment la 1ère phase au niveau de la relance des clients.

– L’assurance impayé pour couvrir le risque de non-paiement des factures.

Il importe de bien déterminer vos besoins (affacturage ponctuel en basse saison, régulier pour assurer un flux de trésorerie toute l’année ou pour accompagner une période de forte croissance ? part de l’activité à l’export ?) pour que le Factor comprenne précisément votre modèle économique, la typologie de votre portefeuille client et adapte ainsi son offre en conséquence. C’est ici qu’intervient l’intérêt de faire appel aux services d’un courtier dont le rôle est triple :

 – Il vous permet d’économiser un temps considérable dans le choix de son factor selon la typologie ou la taille de votre entreprise.

 – D’obtenir des conditions financières optimales grâce à ses liens forts entretenus avec les acteurs de l’affacturage en France.

 – De proposer des solutions « customisées » en décortiquant préalablement les clauses et obligations du contrat en fonction de votre besoin de trésorerie pour une meilleure optimisation de votre BFR.